L’enseignant : interprétations et enseignements

Il y a une grande différence entre les enseignements et les interprétations. Quand l’enseignement est une parole entière et exacte, l’interprétation, elle, est l’explication d’un sens caché.

Lorsqu’ils sont bien faits, l’un et l’autre sont exposés par l’enseignant, au travers des dons de révélation. Mais l’enseignement ne suit pas le même processus qu’interprétation.

L’enseignant est un économe particulièrement capable de dispenser les richesses de Christ. Il est équipé des dons de révélation, ou de vie, comme je préfère les appeler. Mais ici, je ne parlerai pas spécifiquement de mon ministère, et donc, le premier terme sera le nôtre.

Les interprétations

L’apôtre Paul disait qui nous pouvons bâtir avec différents matériaux (1 Corinthiens 3 :12). L’or, l’argent et les pierres précieuses, sont des matériaux qui sont issus de la puissance divine. Il s’agit soit de choses venues directement de Dieu, soit des choses objectives, ou issues de la transformation.

Vous voyez maintenant que l’interprétation est un outil plus petit que l’enseignement en lui-même. Nous nous servons des interprétations pour un but qui n’est pas l’interprétation elle-même.

De tous les matériaux, elle ne peut être que la foi objective. Retenons que c’est la foi que nous enseignons, d’ailleurs, l’édification est le progrès dans la foi.

Mais il y a un mystère : Paul disait que la connaissance est imparfaite, et qu’elle disparaitra. Cette connaissance, c’est la foi objective dont nous avons besoin aujourd’hui, mais qui n’est plus nécessaire à la consommation. C’est pourquoi, Apocalypse 22 mentionne l’or et les pierres précieuses, et pas l’argent qui est pour un temps.

Voici ce qu’est un discours de l’enseignement avec des interprétations. Mais l’interprétation seule, peut enfler, et donner l’impression de richesse aux chrétiens charnels. Mais ceux qui tombent dans ce piège verront un jour, qu’ils n’avaient rien d’éternel au-delà du simple salut.

La foi objective est l’ensemble des éléments de la saine doctrine : ce en quoi nous croyons. Le mieux pour ceux qui lisent les Ecritures, c’est d’avoir des paroles qui sont claires. Mais il semble que même les choses les plus simples est du mal à être comprise. C’est une chose que le Seigneur m’a montré en vision.

Frères et sœurs, si nous sommes hypocrites devant la vérité, comment espérer la reconnaître. Notre salut complet dépend de notre zèle dans une foi sincère.

L’Esprit nous prévient à plusieurs reprises, de l’apostasie des saints, de leur préférence pour le mensonge. Dans les derniers temps dit-Il, les hommes aimeront le plaisir plus que Dieu, et auront des enseignants qui leur plaisent (2 Timothée 4 :3-4). Ne niez pas qu’Il parle de chrétien, lisez plutôt pour comprendre (2 Timothée 3).

L’apôtre Pierre cette fois, dit qu’aucune parole de l’Ecriture ne peut être interprétée autrement. C’est l’une des tentations qui vient non seulement sur les enseignants, mais aussi sur beaucoup d’hommes sans crainte.

Moi-même je croyais, après ma conversion, que je pouvais détourner la parole pour la foi. Mais la foi vient de la parole de vérité : aucune parole sortie de son contexte ne nous est en bénédiction.

Les interprétations, vous l’aurez compris j’espère, sont le dévoilement des éléments objectifs, pour l’édification. Elles sont les seules choses dont une intelligence non renouvelée, peut se servir pour tromper son monde. Comme a dit Pierre, des personnes ignorantes et mal affermis ont tordu le sens des points difficile à comprendre. Ce sont des scories dans l’enseignement général, mais la vérité devait servir de fondement sûr.

Je combats contre la mort en détruisant les piliers du mensonge. Ce sont des fausses interprétations qui semblent justifier tant des ténèbres au sein du peuple saint.

Les enseignements

Il existe un fleuve pour l’enseignement, qui s’écoule par la foi éprouvée. Dans ce cas, je parle d’enseignement de vie. Un véritable enseignant, travaille principalement par ce courant de vie. Mais le simple enseignement, si je puis dire, est basé sur la transmission de la foi objective. Les interprétations seront alors un outil, pour révéler les choses peu ou pas évidentes.

L’enseignement de vie est un écoulement de sagesse dont la source est la vie divine. Nous parlions plus haut de la foi objective, et nous parlerons maintenant de la foi subjective. Sachant que l’enseignant utilise ce qui est objectif comme fondement et référence dans tous ses enseignements.

Une foi éprouvée (prouvée) est bien plus que la connaissance, elle est plutôt l’édification d’une mesure de la réalité spirituelle. Faire l’expérience de Christ est avant tout une transformation selon la révélation, qui dure éternellement. Mais ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

Seulement un être transformé, s’il a des dons de révélation, pourra exposer la connaissance de la vie. Alors nous ne parlons plus des éléments de la foi, mais des matériaux d’édification dont seule l’épreuve approvisionne l’enseignant.

Nous ne pouvons comparer ce qui éternel et ce qui est temporel. Les éléments de la foi sont importants, mais le produit de la puissance de résurrection est le but de Dieu. Lorsque qu’un serviteur est éprouvé pour une telle grâce, il a alors un pouvoir économique. S’il enseigne, il a une vision dans la parole, et plein d’outils pour cette œuvre.

L’apôtre Paul disait que l’homme spirituel juge de tout, sans qu’il puisse lui-même être jugé par quiconque. Vous rendez-vous compte de ce qu’est un tel croyant ? Nous ne sommes pas tous des enseignants, et l’homme spirituel qui n’en est pas un, sait s’abstenir. Mais il a une sagesse par laquelle, il peut éprouver la nature de toutes choses.

L’enseignement de vie est produit dans un enseignant, par l’épreuve de la foi. Si ce dernier est spirituel, alors seul un homme spirituel comprendra la valeur de son enseignement.

Ce que nous prétendons et notre foi éprouvée, ne sont pas la même chose. L’épreuve est la puissance de la croix à l’œuvre, afin de nous éprouver, nous d’abord. En effet, nous pouvons très bien dire que nous croyons telle chose, mais l’épreuve nous authentifie. Et après cette opération, si nous sommes approuvés, nous sommes manifestés dans la foi.

Ensuite, elle éprouver la nature des matériaux, car seuls la vérité peut subsister. Le croyant approuvé sera soit confirmé dans l’approvisionnement, soit dégagé définitivement de ces ténèbres. Dans tous les cas, la discipline de la croix est très utile à l’édification.

L’incrédulité

Il y a un piège dans l’usage du don de révélation pour interpréter.

Lorsque des enseignants échouent à progresser dans la foi, ils peuvent faire illusion à force d’interprétation. Malheureusement, il est facile de trouver une vaine satisfaction dans cet exercice. Ils dissimulent leur manque de vie au détriment d’un enseignement efficace.

Le plus grand problème, c’est qu’ils perdent de vue le sens du ministère. Dans le meilleur des cas, ils passent leur temps à enseigner le simple fondement. Au pire, et c’est souvent le cas, ils corrompent la doctrine en dépassant très vite leurs limites.

La connaissance enfle ceux qui ne sont pas éprouvés dans la foi. Ils ignorent leur faiblesse, et ce qu’est la vraie foi. L’enseignant dans ce cas est séduit, et cette tentation s’étend aux saints dans le même cas.

L’épreuve peut venir, mais s’ils n’aiment pas la vérité, ils continueront sans crainte. C’est le témoignage des générations à l’Eglise que le malin aveugle, parce qu’ils sont hypocrites.

Avant de parler comme je le fais, j’ai dû être éprouvé et vaincre le mensonge. De cette façon, je suis renouvelé sur les ruines de la corruption pour enseigner la vérité.

Si quelqu’un reçoit les paroles de la foi, alors l’épreuve produira l’œuvre de la foi. Mais s’il échoue, les œuvres de la chair seront manifestées à l’homme spirituel. Mais l’expérience m’a montré que l’homme charnel vit en autojustification, seulement Dieu fait grâce aux humbles.

L’enseignant doit d’abord faire l’expérience d’une foi sincère et authentique. Alors seulement, la vie pourra être transmise à d’autres, s’ils croient au témoignage de la foi.

Le Seigneur m’a dit qu’Il peut faire dans les autres ce qu’Il fait en moi. Mais Il précise qu’ils doivent avoir la foi, que je ne peux croire à leur place.

Il Lui faut des serviteurs avec le zèle pour Son œuvre de vie : c’est le témoignage qu’Il me rend. Gloire à Son Nom !

Frères et sœurs, que Dieu vous fortifie pour la foi, par la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ, Amen.