Les défis des Eglises locales (1/2)

Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée sont toutes quatre les modèles des localités de l’Eglise qui existent aujourd’hui. Il n’y a pas d’église catholique ou protestante, ni aucune dénomination reconnue devant Dieu. Les hommes peuvent s’organiser selon leurs visions charnelles, mais Lui, ne reconnait que l’ordre divin.

Depuis le début de l’âge présent, Il ne voit l’Eglise qu’en localités (villes) où demeurent les saints : les Eglises locales. Tout groupe qui ignore ce fondement est disqualifié dans la course à la perfection de la foi. Mais ceux qui s’y conforme doivent courir pour la victoire, selon les défis de leur propre Eglise devant Dieu.

C’est ici l’intelligence des saints, alors que celui qui peut comprendre cherche la justice de Dieu. Jusqu’à maintenant, Il nous interpelle tantôt sur nos erreurs, et Il encourage aussi notre persévérance. A Lui soit la gloire, à la louange de Sa grâce en notre Seigneur Jésus-Christ ; amen.

Apocalypse 2

18 Ecris à l’ange de l’Eglise de Thyatire : Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l’airain ardent :

19 Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières.

20 Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles.

21 Je lui ai donné du temps, afin qu’elle se repentît, et elle ne veut pas se repentir [et elle n’a pas voulu se repentir] de son impudicité.

22 Voici, je vais la jeter [ou : dès lors, c’est moi qui la jette] sur un lit, et envoyer [dans] une grande tribulation à ceux [avec ceux] qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent [ou : ceux qui ne se sont pas repenti] de leurs œuvres.

23 Je ferai mourir de mort ses enfants ; et toutes les Eglises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs, et je vous rendrai à chacun selon vos œuvres.

24 A vous, à tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine, et qui n’ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils les appellent, je vous dis : Je ne mets pas sur vous d’autre fardeau ;

25 seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu’à ce que je vienne [ou : encore, quoiqu’il en soit].

26 A celui qui vaincra [au vainqueur], et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations.

27 Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père.

28 Et je lui donnerai l’étoile du matin.

29 Que celui qui a des oreilles entende [celui qui a des oreilles a entendu] ce que l’Esprit dit aux Eglises !

[V18] Le seigneur se présente responsables spirituelles de Thyatire comme « le Fils de Dieu ». Il vient exercer un jugement dans cette Eglise : c’est ce qu’indique « les yeux comme une flamme de feu ». Quant à Ses « pieds…semblables à de l’airain ardent », ils montrent qu’Il va posséder Son territoire en éprouvant son fondement.

[V19] Le jugement du Juste commence par la reconnaissance du bon témoignage de ceux qui Le connaissent. Les anciens de l’Eglise de Thyatire avaient un fruit de l’Esprit abondant qui prouvait leur appartenance au Seigneur.

[V20] Puis le Seigneur en vient aux reproches. Malgré le témoignage qu’Il leur rend, les serviteurs n’ont pas veillé sur l’intégrité de l’œuvre de Dieu. Ils auraient dû s’opposer à l’œuvre de la fausse prophétesse en la dénonçant. Cette femme est réelle au temps où Jean écrit la lettre, mais la désignation « Jézabel » est surtout un qualificatif. Elle est identifiée à la femme du roi Achab qui avait poussé ce dernier à introduire la prostitution et des cultes d’idoles en Israël.

De même, cette femme à Thyatire trompait les saints de l’Eglise sous la même inspiration. Elle n’était pas prophétesse pour Dieu, mais elle avait une estrade afin de les pervertir de sorte qu’ils étaient libertins et idolâtres.

[V21] Il semble que la fausse prophétesse de Thyatire, mais plutôt une prostituée, se livrait physiquement au vice au milieu des saints. Et preuve qu’elle le faisait avec débauche, c’est qu’elle n’a jamais cessé. Le Seigneur n’a pas tout de suite exercé de jugement sur elle. Il Lui a donné du temps pour se détourner de ses crimes. Nul doute qu’elle était exhortée dans ce sens, mais elle a persévéré dans ses péchés contre Christ.

[V22] Le Seigneur la juge par un jugement approprié à son péché, et promet le même châtiment à ceux qui ont péché avec elle. Il fait savoir que lorsque son sort viendra, les impudiques idolâtres le partageront avec elle. Ce jugement est sans doute venu sur cette localité en ce temps, car la menace était d’abord pour ce temps.

Mais ce jugement est aussi un mystère révélé dans ce livre Apocalypse. Il est annoncé envers « la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux » au chapitre 17. Elle est la figure de l’église catholique romaine qui sera dépouillée et mise à nu, mangée et consumée par le feu.

[V23] Christ peut distinguer les œuvres de tous, ce qu’indique « Ses yeux comme un flamme de feu » du verset 18. Il voit clairement toutes les Eglises pour juger ceux qui ont le témoignage de Jézabel, c’est-à-dire les apostats de la doctrine catholique. « Catholique » est la dénomination des adeptes de la doctrine qui a dépassé les frontières de Rome. Un tel « christianisme » est dépouillé de la sagesse de Dieu, et a en place, l’idolâtrie, les traditions et l’occultisme des initiés.

Le Seigneur Jésus a déclaré un jour : « Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites » [Matthieu 25 :40]. Il a aussi dit : « A moi la vengeance, à moi la rétribution », et c’est ce qu’Il exercera sur la prostituée, et non seulement sur elle.

Cette femme devait surement avoir des enfants nés de sa débauche, qu’Il a livré à la mort. Mais nous devons aussi comprendre qu’Il exterminera les œuvres de cette doctrine satanique. N’est-ce pas Sa propre mission ? « Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable » [1 Jean 3 :8].

Ainsi, tous aux Eglises, dans toutes les localités, sauront que nul n’échappe à Son juste jugement. Il rendra à chacun selon ses œuvres : le feu éprouvera la nature d’elles toutes [1 Corinthiens 3 :13-15].

[V24] Ici, le Seigneur s’adresse aux saints qui ne se sont pas laissés égarés par la fausse prophétesse et encore moins dans « 

Les profondeurs de Satan sont les pratiques occultes au sein de l’organisation qui deviendra l’église catholique romaine. Les initiés et instigateurs de grande corruption l’appellent « les profondeurs de Satan », ce qui prouve leur total conscience de la source de leurs pratiques.

A tous ceux qui sont restés « saints », le Seigneur dit qu’Il n’exige pas plus.

[V25] Ceux qui se sont laissés séduire par la fausse prophétesse, avaient abandonné la saine doctrine. Mais ceux à ceux qui se sont préservés, le Seigneur dit de garder ce témoignage. Dans une telle localité confrontée à des ténèbres épaisse, Il reconnait cette persévérance comme une victoire essentielle. Ainsi formés, les saints de Thyatire et des localités aux défis semblables sont encouragés à tenir ferme jusqu’au bout.

[V26] Les promesses s’adressent tant aux dirigeants qui veilleront à empêcher l’apostasie des frères, qu’à ceux qui demeureront ferme dans la foi. Non seulement doivent-ils garder le fondement, Christ, mais se conserver pur vis-à-vis des enseignements pernicieux.

Le Seigneur révèle qu’Il les récompensera en les établissant sur les nations. C’est parce qu’ils auront exercé leur foi en résistant au mélange. En effet, les œuvres du Seigneur contraste absolument avec les choses qui sont dans le monde. En allant vers ces choses, l’enseignement de la prostituée et les idoles, nous perdons les œuvres de Christ.

[V27] Le Seigneur évoque cette part de l’héritage à venir, pour encourager les conducteurs à remplir leur ministère actuel. En effet, avant de paître les nations, ils doivent prouver leur compétence en veillant sur l’Eglise de Dieu aujourd’hui.

[V28] Tous les saints en Christ hériteront du royaume dans l’éternité. Mais que le Seigneur dise qu’il donnera l’étoile du matin au vainqueur est significatif. A l’époque de la « nativité », les mages d’Orient étaient les premiers à croire. Ils ont persévéré jusqu’en terre sainte en suivant l’espérance prophétique, et y sont parvenus les premiers. Maintenant, l’étoile du matin guide ceux qui règneront d’avance, mille ans avant les autres héritiers.

De plus, la situation à Thyatire est telle, que les vainqueurs sont seulement croyants. C’est ceux qui n’ont pas renié les œuvres du Seigneur pour des abominations.

[V29] Le type de cette Eglise locale est peut-être le plus répandu. Déjà à l’époque, les sept Eglises étaient dans sur les terres de l’empire romain. Et aujourd’hui, il n’est pas une seule localité du monde occidental qui n’est pas d’influence catholique. Cette seule doctrine apostat a un empire sur les nations.

L’Esprit de la prophétie annonce les jugements et la grâce du Seigneur qui nous sont aussi parvenus. Qui dira qu’il n’a pas eu l’occasion de se repentir ?

Apocalypse 3

1 Ecris à l’ange de l’Eglise de Sardes : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort.

2 Sois vigilant [ou : reprend-toi], et affermis le reste qui est près de mourir [ou : les autres qui sont aux portes de la mort] ; car je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu.

3 Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens-toi [ou : reconforme-toi, ressaisis-toi]. Si tu ne veilles pas [ou : n’y veille pas], je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi.

4 Cependant tu as à Sardes quelques hommes [peu de noms] qui n’ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes.

5 Celui qui vaincra [au vainqueur] sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges.

6 Que celui qui a des oreilles entende [celui qui a des oreilles a entendu] ce que l’Esprit dit aux Eglises !

[V1] Avant l’ascension de Jésus-Christ, les sept esprits de Dieu étaient simplement devant Dieu. Mais le Seigneur avait promis d’envoyé le Saint-Esprit pour conduire l’œuvre de Dieu par Son nom.

Qu’Il s’adresse à « l’ange » en tant que « celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles », signifie qu’Il vient pour compléter le témoignage des conducteurs de l’Eglise. Souvenons-nous de ce que le Seigneur révèle à Jean : « Les sept étoiles sont les anges des sept Eglises » [Apocalypse 1 :20].

Il dit qu’Il connait les œuvres, c’est-à-dire « la réalité », des responsables de l’Eglise : ils ont l’apparence de la piété, mais ils sont vides en réalité. Ce n’est pas qu’ils n’ont pas la vie éternelle, mais ce sont des œuvres mortes dont ils témoignent. Et le plus triste, c’est qu’ils ont l’orgueil des frères qui ne les discernent pas. C’est pourquoi le Seigneur dit qu’ils font illusion.

[V2] Le Seigneur commande aux responsables deux choses : « Sois vigilant » et « affermis le reste… ». Ils doivent arrêter de se complaire dans l’orgueil d’une réputation usurpée. Et ensuite, ils devront restaurer ceux qui peuvent l’être. « le reste » sont les frères qui reçoivent leur témoignage, à qui ils n’ont pas enseigné toute la sagesse de Dieu. Le Seigneur ne peut pas s’inquiéter des conducteurs de l’Eglise, sans penser aux victimes de leurs œuvres.

[V3] Christ parle aux mauvais conducteurs afin qu’ils se repentent définitivement des œuvres mortes. Ils ont reçu l’Esprit de Dieu selon la sagesse de Dieu par la foi. Mais force et de constater que leur témoignage est mélangé, enlevant toute substance à l’appel de Dieu.

Comme le dira l’apôtre Paul, c’est par la prédication de la foi et non par les œuvres que nous avons obtenu les promesses. Alors comment pouvons-nous revenir à la chair qui produit des œuvres inutiles devant Dieu ? De telles choses ne parviennent pas à la perfection, mais sont des impuretés qui souillent le témoignage.

En conséquence, le Seigneur Jésus dit aux serviteurs de revenir à la sagesse de Dieu. Et l’avertissement qui accompagnent Son ordre n’est pas sans rappeler un de Ses discours. « Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi ! Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens.

Mais, si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : Mon maître tarde à venir, s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. » [Matthieu 24 :45-51].

[V4] Il semble que les conducteurs « charnels » soient vecteurs de la mort, étant eux-mêmes morts. Après leurs régénérations, ils ont abandonné la sagesse de Dieu, pour des œuvres mortes qu’ils enseignent aussi. Ce faisant, ils souillent les frères : ils apostasient les Eglises.

Le Seigneur dit que quelques-uns n’ont pas reçu les témoignages sans vie. Les saints qu’Il désigne ont cherché le royaume et la justice de Dieu et ont substantialisé les richesses de Christ. Alors Il déclare que ceux-là marcheront avec Lui en vêtements blancs, à cause de leur fidélité.

« Nous sommes tous comme des impurs, Et toute notre justice est comme un vêtement souillé » [Esaïe 64 :6].

« Comment d’un être souillé sortira-t-il un homme pur ? Il n’en peut sortir aucun » [Job 4 :14].

« Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est ce qui souille l’homme » [Matthieu 15 :18].

C’est dans le sang de Christ que nos vêtements ont été lavé, au moyen de la foi de l’Evangile et de l’Esprit de grâce. Nous sommes physiquement dans un monde de souillures qui enseigne des choses vaines et impures. Et lorsque nous laissons l’Evangile être altéré dans nos consciences, notre foi devient perméable à la souillure. Or, la foi est la victoire qui nous positionne dans la grâce, selon la connaissance de Christ, dont nous héritons par la nouvelle Alliance.

[V5] C’est justement la sagesse de Dieu qui, par l’Evangile, constitue la justice approuvée, si nous la retenons entièrement dans nos consciences par une foi sincère. Sinon, nous sommes peut-être dans l’attente du retour de Christ, mais Il niera nous connaître devant le Père et ses anges.

La clause principale de la nouvelle Alliance nous garantit le salut dans l’éternité. Mais avant cela, nous pouvons jouir du droit d’aînesse avec Christ dans l’âge à venir. C’est une meilleure espérance puisque la seconde mort ne nous touche pas, à cause de nos vêtements blancs, preuve de l’approbation céleste.

La voie conforme aux « quelques hommes » est l’équivalent de la porte étroite. Les conducteurs « morts » doivent chercher un témoignage semblable, et purifier les victimes de la corruption. Alors, le Seigneur leur promet un véritable témoignage de vie, et une bonne réputation devant Dieu.

[V6] Les « Eglises » en question, comme pour chaque lettre, sont celles qui sont dans la même situation. Là, chacun a un degré de responsabilité. Le perfectionnement des saints est la responsabilité des conducteurs à qui le Seigneur fait un don de la grâce. Ils sont établis à cause de leurs capacités, et sont équipés pour le service.

Mais qu’ils soient fidèles ou non, chacun aux Eglises de Dieu doivent chercher Sa justice conforme à l’Evangile, selon sa propre capacité. Si les conducteurs sont équipés pour le perfectionnement de plusieurs, tous ont le même Directeur. Lui, peut suppléer au manque lorsque nous ne pouvons pas suivre les conducteurs qui ont failli. Chacun doit invoquer Son Nom avec un cœur pur et une foi sincère, car Celui qui nous appel est fidèle.

« Et le Seigneur dit : Quel est donc l’économe fidèle et prudent que le maître établira sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ?

Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi !

Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens.

Mais, si ce serviteur dit en lui-même : Mon maître tarde à venir ; s’il se met à battre les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,

le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les infidèles.

« Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups. Mais celui qui, ne l’ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié. »