Les prières et les supplications spirituelles

Les prières et les supplications spirituelles sont des exercices vitaux. Un chrétien qui n’a pas de vie de prières est totalement charnel. Celui qui n’a pas d’intimité spirituelle avec Dieu ne peut pas avoir une marche constante. Il est encore moins capable de servir par l’Esprit de Dieu.

Avoir des dons de l’Esprit ne signifie pas que nous sommes spirituels ou matures. Après le baptême dans le Saint-Esprit, tous en ont, qu’ils en aient conscience ou non.

C’est une chose de vivre en phase avec la société, et s’en est une autre de porter la croix. Ne croyez pas qu’être « chrétien » est suffisant pour plaire à Dieu. Le monde est rempli de « chrétiens », et même la minorité née de nouveau, globalement, n’est pas crédible dans sa marche.

Les seuls que nous pouvons tromper sont ceux qui nous ressemblent, qui n’ont pas d’esprit exercés au discernement. Il juge selon des principes humains et subjectifs, mais l’esprit sonde toutes leurs œuvres pour les révéler à l’homme spirituel.

La première chose que le diable travaille à détruire est la vie de prières. Je suis sûr que certains de mes frères lecteurs ont entendu cette affirmation. Pourtant, bien des enfants de Dieu ignorent ce danger, et sont défaits dans bien des domaines.

A vrai dire, ce message est un gros dossier. Il me serait difficile d’en évoquer une petite partie, en négligeant le reste. Voilà pourquoi, j’en ferai la revue rapide, plutôt que de passer crument sur des choses importantes.

Nous ferons d’abord une distinction entre « prière » qui est un terme générique, et la supplication. La supplication est une prière intime et insistante. Ceux qui connaissent l’intimité avec le Seigneur, et travaillent à d’avantage Le connaître font chaque jour ce genre de prière.

 Elle nécessite bien plus de foi que « la normale ». Dans un déversement spontané de sincérité, elle témoigne d’un zèle pour l’espérance et d’une confiance en Dieu. C’est aussi l’outil du combat spirituel authentique.

La louange est une prière, et le simple fait d’invoquer le nom du Seigneur aussi. En fait, toute communion volontaire et consciente avec Dieu est une prière. Toutefois, les apparences d’une prière ne sont pas le gage d’une vraie communion spirituelle. En effet, beaucoup de croyants « prie » sans la foi.

Celui qui prétend s’approcher de Dieu doit croire qu’Il existe : c’est un minimum. Il doit aussi croire que la réponse vient, sinon, il ne fait que remuer des lèvres : il ne prie pas. Cela peut vous paraître évident, mais combien sont vraiment dans la foi ?

La foi est la réalité de notre communion et de notre identité spirituelle ; il est inutile de faire semblant de croire. Ce n’est pas non plus la forme qui compte, mais le destinataire divin des paroles du cœur.

Une carence dans la vie de prières est un signe apostat. Mais je ne parle pas de « prière machinale ». Certains répètent leurs paroles habituelles au réveil, pour la nourriture, et parfois au coucher : c’est ridicule, et sans substance. Ils ouvrent la bouche en réunion des saints, et la ferme de retour dans la solitude. Ils ne savent pas que la foi est intime, et que le reste est bien souvent une apparence de piété.

Les prières et les supplications spirituelles sont incontournables dans le service spirituel. Sans elles, Dieu ne fait rien de concret : Il a besoin de notre coopération. (1) Dieu a un désir, (2) Il communique Sa volonté, (3) le croyant prie selon l’espérance, (4) Dieu agit. Voici comment Il procède de tout temps. Christ est le but de Dieu, Il doit donc être notre espérance dans toutes nos prières.

Si la vision céleste, la richesse de la foi de Christ ne nous inspire pas, nous sommes très peut utile. Pour être des vainqueurs, nous devons chercher le règne de Christ pour la volonté de Dieu.

Deux ou trois croyants unis au nom du Seigneur ont une autorité pour faire valoir leur espérance (Matthieu 18 :19-20). L’harmonie dans ce cas, une même vision et un même mobile, est un accès puissant de la foi. Mais ce cadre n’est possible que dans l’unité spirituelle qui n’est pas extérieure. Il faut la vision céleste commune dans le Corps.

La prière est le moyen d’entretenir la vie spirituelle, afin qu’elle ne s’éteigne pas en ne laissant qu’une expression impie. Grâce à elle, nous endurons les épreuves pour Christ (l’espérance de la justice), contre les ruses du diable. C’est le moyen de ternir ferme en brandissant la foi, en toutes circonstances.

C’est aussi notre endurance dans le renouvellement à l’image de Christ, par la communion de Ses souffrances. Sachant que lorsque nous progressons dans l’expérience de Christ, les traits enflammés du malin redoublent d’intensité.

Le Seigneur promet à ceux qui s’engage dans ce chemin de la croix, qu’ils ne souffriront pas en vain. Bien sûr, souffrir pour la justice, c’est en même temps subir l’injustice dans le monde. C’est alors que la foi, le caractère spontané du vainqueur, prend place dans la course jusqu’à la gloire.

L’harmonie des saints dans la prière, transcende les limites individuelles du croyant. Tant le poids additionnel de la foi devant Dieu, que le soutient des frères, font une grande différence.

Que vous conseiller de mieux, que de prier sans cesse, rendant grâce à Dieu, en Le louant, et avec supplications.

N’oublions pas « le jeûne » associé aux prières, la balance du sacrifice pour l’esprit contre la chair. Sachant que le jeûne, sans communion spirituelle, ne sert à rien. Il fait partie des éléments avec lesquels nous cherchons la grâce, pour nous-mêmes ou pour les saints.

Que Dieu vous révèle Christ et vous fortifie par Son Esprit dans l’homme intérieur, pour la foi de Christ, Amen.