Lettre aux saints dans le Seigneur

Samuel, serviteur de Dieu en notre Seigneur Jésus-Christ pour défendre de Son Evangile dans l’Eglise. Ces paroles s’adressent aux saints, eux qui ont la promesse des bénédictions en Lui, par l’alliance au prix de leur foi, afin qu’Il nous accueille à Son retour.

Nous ne sommes pas prédestinés à nous conformer aux rudiments du monde, mais à vivre dans le royaume de Dieu par Sa justice en Christ. Frères, ne méprisez pas l’appel qu’Il nous adresse. Beaucoup y ont répondu partiellement, et nul doute que l’alliance est fidèle pour notre héritage éternel.

Pourtant, il y a une meilleure espérance dans la vocation céleste. Je ne veux pas seulement parler de récompense, laquelle est l’honneur de la gloire dans l’âge à venir. Nous devrions aimer notre Dieu qui fait la promesse par un amour ineffable en notre Seigneur.

Il veut que nous soyons semblables à l’image du Fils, afin que nous remplissions la terre de la gloire de Son royaume. Qui peut régner avec le Roi des rois, sinon ceux qui ont un témoignage de la vie, sans souillure ? Car Il est Lui-même la vie éternelle, qui est aussi en nous. Et il n’y a pas de place pour la mort où la foi est complète.

L’Evangile que j’enseigne n’est pas le recueil des raisonnements de la chair qui sous-estime l’alliance d’un tel amour. Dieu a tout donné : Il a anéanti la condamnation par la croix de Christ, afin que nous ne soyons privés d’aucune bénédiction. Et voilà ce qu’Il nous déclare : « Nous sommes bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ».

Pensez-vous que nous devions quoique ce soit à la chair ? Car je vous déclare ce mystère de l’Evangile : il n’y a plus ni Juif qui ont la loi, ni païen qui ont la moralité primaire. En vérité, Christ est tout dans la nouvelle création, et l’ancienne, ce monde impie est un souvenir qui s’estompe pour ceux qui cherchent le royaume et la justice de Dieu.

Trop d’entre nous, sont limités par l’ignorance et l’aveuglement de la chair, parce que leurs conducteurs ne connaissent pas la vérité dans laquelle l’Esprit du Seigneur veut les sanctifier entièrement. Qui a conscience d’un si grand salut ? Si nous avons cette prétention sans le témoignage, nous sommes dans les ténèbres, nous ne marchons pas dans la vérité.

Ceux qui ne reçoivent pas le pur Evangile sont des proies du diable dans le monde. Pire encore, ce sont des instruments contre la foi, et le salut excellent.

Ne soyons pas arrogant dans nos pauvres limites. Il est pernicieux de défendre sa propre justice au lieu de chercher celle où Christ est tout. Amen : pénétrons au-delà du voile, où Christ est suffisant pour le témoignage de justice en attendant Sa gloire complète et éternelle. Je le dis avec une tristesse du Seigneur dans le cœur : le témoignage de la masse est une honte pour Son royaume de grâce.

La séduction de ce siècle est telle que nous y cherchons ce qui n’est pas spirituel. Nous luttons pour des biens périssables, qui ont la valeur que lui prêt la vanité. Alors notre incrédulité s’appuie sur l’illusion de cette rançon. Or, nous aurions dû nous contenter des promesses, car notre Dieu dit qu’Il ne nous délaisse, ni ne nous abandonne. Au contraire, tout est pourvu selon nos besoins, dans l’épreuve de la foi. Mais nous échouons par cupidité, l’amour de Mammon. Qui peut l’admettre et se repentir ?

Ne vous attachez pas à l’orgueil, mais ressentez plutôt la misère d’une vie qui suis le court de ce monde impie. Que chacun se repente de ses inquiétudes humaines qui sont une preuve d’incrédulité. Non seulement, Dieu est fidèle pour pourvoir à nos besoins, et peu s’attendent simplement à Lui, mais nous nous préoccupons de choses vaines et des plaisirs plus qui de Lui.

Ne savez-vous pas que le Père ne parle pas en vain ? Aucune de Ses parole n’est impur ou morte. Mammon est-il notre richesse ? En vérité, Dieu est un Père qui prend soin de Ses enfants qui comptent sur Lui. Mais les yeux de la chair sont trop souvent le seul témoin qu’ils suivent.

Il serait temps d’apprendre, car le juge de la maison vient, et Il veut la création de la foi qui voit le royaume des bénédictions selon lesquelles nous vivons Christ. Ce royaume est au milieu de nous, et nous devons être en Lui.

Qui a ce témoignage ? Je vous le dis, j’ai honte de l’incrédulité qui se confie dans la chair, et cherche le salut du monde impie. Notre Seigneur mérite mieux que de voir Son Père tenté dans Sa maison. Ne faisons pas comme ceux qui étaient assis dans la chair de Moïse, et qui ont fait montre d’incrédulité. Si nous sommes à Christ, vivons selon Christ, comme des membres vivants par la foi.

Que Dieu notre Père nous fortifie par Son Esprit, afin que Christ vive dans nos cœurs par la foi. Que ceux qui L’aiment en vérité soient conduit au bout de la course par tous les liens de Son Esprit de grâce, au Nom de Jésus-Christ notre Seigneur ; Amen.