Témoignage d’une nouvelle consécration

Le quatrième livre que j’ai publié, depuis le début du ministère, est ainsi nommé. Ce n’est pas anodin, puisque c’est par une vision matinale que Dieu me permet de formuler Sa volonté présente.

Quand le Seigneur me fait cette révélation, cela fait entre un et deux ans que je suis baptisé d’eau. Et à cette époque, je suis en dénomination, l’une des sectes du protestantisme qui se font injustement appeler « Eglises locales ».

Dans cette scène, je voyais une assemblée sans intelligence, et qui semblait même amorphe : elle était enseignée et interrogée, mais silencieuse. Puis une voix de femme mure donna une réponse comme intellectuelle et philosophique. Je percevais le contenu de son discours, le vide de ses propos.

Ce fus le tour d’une voix juvénile, féminine et timide, de se faire entendre, quoi qu’elle ne fût pas très audible. Mais déjà, je savais qu’elle avait correctement répondu à l’enseignant devant l’assemblée : « une nouvelle consécration ». Et tout de suite après, une voix forte de jeune homme fit la même réponse que celle de jeune fille timide.

Alors je demandais : « combien ? »  Et une voix d’homme me répondit : « plus de la moitié, sinon je serais détruit ».

J’ai bien sûr l’intelligence de cette vision, mais c’est afin que je dispense la sagesse de Dieu en toute conscience de la réalité. C’est à travers le ministère de vie que quiconque le reçoit peut comprendre le témoignage à rendre de notre Seigneur Jésus-Christ.

Un témoignage supérieur

Comme les Juifs étaient administrés selon la loi et les prophètes, depuis le désert et pendant des générations en terre sainte. Comme avant cela, ils demeurèrent longtemps dans l’esclavage en Egypte, aujourd’hui le peuple de Dieu est passé à une nouvelle alliance. Et nous devons savoir qu’il n’en est pas comme de l’ancienne, à tous les points vus.

La nouvelle consécration n’est pas la nouvelle alliance. Cette dernière est la bonne nouvelle, alors que mon message de la part du Seigneur est l’appel d’un témoignage pur et complet.

Oui, nous ne sommes plus sous la loi, et nous ne sommes pas non plus soumis aux nombreux rudiments du monde. Seulement, la majorité des saints ne reçoit pas le témoignage pur de l’Evangile. Ils ignorent, ou rejettent, plus ou moins d’éléments de la sagesse de Dieu qui sont pourtant dans l’Eglise.

La portée pratique de ce salut dépend de notre considération des choses anciennes. Car beaucoup sont en de ça du voile à cause duquel il ne voit pas leur misère dû aux forces spirituelles de ce monde.

C’est là la différence : tous ceux qui ont cru à la bonne nouvelle sont sauvés en espérance, en vérité dans l’éternité, mais tous ne sont pas purs. Ceux-là sont souillés par la mort, à cause de leur incrédulité et de leur ignorance. Mais quelques-uns jouiront d’une gloire millénaire, des prémices de la gloire, à cause de leur témoignage pur.

Lorsque nous nous appuyons sur les choses anciennes qui ne sont que des ombres, nous rejetons la réalité, Christ, par incrédulité. Le témoignage de Christ n’a alors aucun fondement sur lequel être édifié.

Qu’il s’agisse des centaines d’ordonnances ou du produit de la sagesse humaine, ces œuvres sont anciennes, impuissantes, mensongères, impies, pernicieuses et mortes. Ce discours est grave : il n’y a pas de justification, et encore moins de salut, dans ces ténèbres.

La liste de ces choses vaines et mauvaises serait telle une encyclopédie de plusieurs volumes. Et la masse des saints est encore assise dans un orgueil de la malédiction. En effet, toute fierté, toute alternative, tout intérêt de la chair, toute gloire dans le monde sont destinés au feu.

Tout ce qui est établit dans ce temps, selon le fondement des apôtres, sert à l’édification d’une gloire éternelle. C’est en tout cas, l’appel que nous avons reçu. Heureux celui qui comprendre afin de se purifier. Bien heureux celui qui poursuit le but de la vocation céleste en Jésus-Christ ; Amen.

Mais la réalisation du peuple acquis dans la foi de Christ n’est pas conforme à sa vocation.

Beaucoup d’enfants de Dieu ne sont pas enseignés selon la sagesse de Dieu, mais ils portent une part de responsabilité. Car le Seigneur qui est juste, averti que ceux qui n’ont pas la foi pour obéir, même sans instruction, seront battus. Quant aux économes infidèles : ils seront roués de coups, jusqu’à être mis en pièce.

Le Père qui nous attire à Christ, a montré le royaume des promesses en Lui, à ceux qui devaient dispenser Ses richesses. Nul ne peut conduire, s’il n’a le mandat divin, la recommandation de la sagesse de Dieu sans l’orgueil des hommes.

Ce que je dis, c’est que les hommes élèvent et sont élevés par la séduction : il ne devrait pas en être ainsi dans l’Eglise de Dieu. Or de nombreux « ministères », dont sont friands la majorité des saints, sont impies. Il s’agit d’un héritage impur qui s’adapte avec le monde, pour des intérêts apostats.

Le fondement des apôtres qui est selon l’ordre divin ne désigne pas de pasteur ministériel dans l’administration des Eglises. Cette dernière est la charge des anciens. Il est nécessaire de distinguer entre tous les éléments de la sagesse de Dieu.

Des dégâts catastrophiques, dont une part est irréparable, sont la conséquence d’un désordre qui paraît même inexistent aux regards de la plupart. Que Dieu nous illumine par Son Esprit, pour une repentance aux dimensions de Christ.

Là encore, la liste des œuvres mortes est longue, et nous en portons tous, mais plus ou moins, la peine. En effet, un reste se purifie, alors que la masse va à la perdition. Et là, il n’est pas question « d’enfer » : je parle ainsi à cause des adversaires, et des enseignements pernicieux.

L’homme charnel est incapable de distinguer entre le fruit de la lumière et les œuvres infructueuses des ténèbres. Et c’est le Seigneur qui jugera dans la maison de Dieu, car beaucoup se trompent. Son retour réjouit même ceux qui sont aveuglés, qui ne réalisent pas leur situation.

Les conducteurs fidèles sont un reste qui ont vaincu les ténèbres dans leurs localités respectives pour éclairer le chemin de la vie. Et Dieu sait qui y marche en se purifiant jusqu’à l’espérance de Christ.

Aujourd’hui, l’Eglise est l’ombre d’elle-même. Ayant été progressivement vidée de Sa réalité, elle devient apostat à la face du Seigneur. C’est pourquoi le Seigneur demande : « quand le fils de l’homme viendra sur la terre, trouvera-t-Il la foi ? » Car aussi, qui croit aux promesses de la nouvelle alliance pour connaître la fidélité de Dieu en Christ ?

Lorsque le temps vient de commencer à restaurer Son Eglise, Il suscite des serviteurs particuliers, successivement. Mais cela provoque des schismes, et jamais les frontières locales ne seront rétablis en quatre siècles de réformes.

Les dénominations, qui sont des centaines, sont un témoignage impur des réformes, déjà anciennes dans le temps spirituel. Ceux qui ont hérité de l’Evangile imparfait refusent désormais de cherche la réalité du royaume et de la justice de Dieu, la complétude du fondement spirituel. Il est impossible que ces sectes comptent des vainqueurs aujourd’hui.

Les déplacements des bornes de l’ordre divin, ont provoqué un nombre conséquent de disfonctionnement. Sans les frontières établis jadis, le confinement des ténèbres a échoué. Parce que les faux frères et les méchants, exclus de la communion, pouvaient migrés sans lettres de recommandation. En effet, il n’est plus possible de vérifier le témoignage des soi-disant chrétiens qui se présentent dans une assemblée.

Nous n’avons pas besoin de raison, autre que l’ordre divin, pour nous conformer. Le fait est que même un intendant des richesses instruits de la sagesse ne mesure pas toute la prudence de Dieu. Et que voyons-nous ? Des groupes autoproclamés « Eglises locales » qui réunissent des « personnes » de divers localités.

Pire, d’un point de vue spirituel : ils s’implantent dans une localité en excluant du Corps, humainement, les membres légitimes devant Dieu. C’est comme s’ils leur disaient : nous sommes l’Eglise ici, mais vous n’êtes pas des nôtres. Ces gourous captivent et se partagent les saints pour leur convoitise et leur orgueil. Mais le savent-ils eux-mêmes, car l’orgueil de leur gloire charnelle les aveugle.

Dans les premiers siècles de réformations, la victoire était manifestée par ceux qui se conformaient à la révélation recouvrée jusque-là. Mais maintenant, parce que la vérité est entièrement revenue dans l’Eglise, chaque localité a ordre de compléter la foi. Comprenez-vous ?

Dès lors qu’un serviteur introduit un élément de la foi dans une localité, tous dans cette Eglise locale doivent s’y conformer à son témoignage. Et les rebelles seront jugés il se doit devant le Seigneur. N’oubliez pas, car je préviens solennellement le lecteur : si vous n’obéissez pas à la justice de Dieu, vous êtes déchus du royaume de justice qui vient. Et ceux qui pensent : « il dit toujours les mêmes choses », n’ont aucune excuse, car ils ont clairement entendu.

Certains conducteurs, mais aussi leurs suiveurs malavisés, ont modernisé le message, qu’ils ont adultéré, et par lequel ils s’enflent plus que leurs prédécesseurs. Aucun n’enseigne la révélation, car ils n’ont pas la disposition sincère pour Le connaitre. Ils livrent plutôt une course de l’orgueil : se faisant ils perfectionnent l’erreur.

S’ils avaient obéi, il se serait écoulé très peu de temps avant qu’ils démantèlent leur organisation impie. L’une des premières révélations que l’Esprit m’a communiqué après mon départ, c’est la nature injuste des dénominations.

Quelqu’un, qui n’a pas mesuré la portée de son message, a tout de même relayé la parole du Seigneur. Au sujet des dénominations, Il a dit : « Avant ce n’était pas un péché, puis ça l’est devenu ». En effet, jusqu’à ce que la révélation particulière soit recouvrée dans une localité, il n’y avait pas de péché.

Cette correction est maintenant dans l’Eglise, seulement peu de localités la pratiquent. Dans une telle Eglise, ceux qui ne reçoivent pas le témoignage sont souillés, car ils pratiquent encore les choses impies. Et c’est le Seigneur qui sonde les cœurs, afin de juger ce qui échappe à tous, même à l’homme spirituel.

Je fais allusion aux saints qui résistent au diable en cherchant le royaume et la justice de Dieu. Ceux-là sont un reste fidèle, peut-être, mais ils courent sans doute vers la récompense des vainqueurs.

Dès lors, le protestantisme est la strate impure, des croyants à peine sauvés, entre les rudiments du monde, et la foi complète. Les premiers maintiennent les âmes dans l’esclavage des forces spirituelles de monde, de sortes qu’ils combattent vainement dans la chair. Le second sert au témoignage de Christ sur le fondement de la vérité, pour la gloire d’une espérance complète.

C’est aux saints régénérés, mais souillés par la mort dans l’impureté avec des œuvres mortes, qu’Il fait l’appel. Il est évident que peu entendent, moins encore comprennent, et bien moins obéissent à cela. Gloire soit rendue à Dieu ! Ceux qui obéissent Lui sont précieux : le jugement de la maison vient.

Je ne me réjouis pas de la défaite d’une majorité des saints. Seulement, j’ai l’absolue conviction de la justice de Dieu, car le royaume est fait pour ceux qui aiment Son Evangile.

De plus, combien peuvent avancer malgré l’isolement, cernés par les ténèbres de la chair ? Car je ne veux pas laisser ignorer que ceux-là sont sans le soutient local des frères, mais ont plutôt le mépris des adversaires dans la maison de Dieu.

Voici, le Seigneur est fidèle : Il soutient ceux qui aiment la vérité, qui cherchent la justice. C’est ce qui paraitra au jour, lorsqu’Il viendra pour rendre à chacun selon leur œuvre.

Or, à Celui qui nous accueillera dans la gloire, à cause d’un témoignage digne de notre Seigneur Jésus-Christ : MERCI.